L’équinoxe d’automne arrive (23 septembre) et avec elle arrive le moment pour nous de se recentrer, de prendre notre temps et de reconnaître les changements qui s’opèrent dans notre vie.

Pour comprendre ce moment de l’année, il faut d’abord se plonger dans son histoire et sa signification.

Tout d’abord, un peu d’astronomie.
L’équinoxe d’automne se produit lorsque le Soleil brille de manière égale sur les deux hémisphères, c’est un changement saisonnier important puisqu’il s’agit de la seconde récolte de l’année. Le soleil entre dans le signe de la Balance symbolisant alors l’équilibre, le jugement prudent, la pesée.

Si on se penche sur les fêtes et tâches accomplies autrefois, on remarque que ce moment était plus que nécessaire pour la traversée de l’hiver : Festivals des moissons, fin du travail dans le champs, récoltes, mise en conserves, préparation et stockage de la nourriture, etc. Toutes ces actions rendaient hommage d’une certaine manière au soleil et à la terre fertile.

Durant cette période beaucoup de civilisations avaient pour coutumes de se réunir, certains fabriquaient alors une «poupée de grain» autour de laquelle ils festoyaient, d’autres organisaient des rituels sous formes de jeux pendant la moisson. Durant l’Antiquité on désignait des boucs émissaires (personnes ou animal), ceux-ci assumaient alors le péché de la population et symbolisaient le dieu mourant sacrifiant sa vie pour la terre et ses habitants.

Alban Elfed (« la Lumière de l’eau »), « terre des pommes », les Mystères d’Eleusis, Harvest Home (« moisson à la maison »), Saint-Michel, Dozynsk, Thanksgiving, ou encore la fête du Tabernacle, toutes ses fêtes représentaient un moment de gratitude, la reconnaissance des sacrifices nécessaires à notre survie.

Il est donc intéressant à cette période de l’année de se pencher sur certaines questions essentielles : De quoi avons nous besoin ? Qu’allons-nous laisser derrière nous ? Que devons nous préparer à faire pousser ?
L’équinoxe est un moment où l’on peut accepter ses contradictions, prendre soin de son équilibre intérieur et organiser notre quotidien (aussi bien matériel que spirituel).

La lune était aussi un élément central de cette période. Les écossais la surnommait la Lune Jaune du Blaireau, car c’était la période où les petits animaux amassaient leurs réserves pour l’hiver.

Pour accompagner cette période de « mise en terre » comme j’aime l’appeler, je pense faire comme ces petits animaux : prendre un moment pour moi, réaliser quelques conserves, me détendre avec un bain sauge/romarin/camomille, débuter un journal de gratitude ! Et pourquoi pas organiser un grand repas avec pour dessert une tarte aux pommes (LE fruit de l’automne!).

Et vous qu’allez-vous faire cet automne ?